//Tronçon de l’Autoroute de l’Avenir.

Tronçon de l’Autoroute de l’Avenir.

Contrairement à Dakar où, malgré les efforts des gouvernements successifs pour améliorer la mobilité, l’enclavement provoque des embouteillages cauchemardesques, Diamniadio a pris les devants en matière de desserte. D’abord avec l’autoroute à péage, qui, depuis août 2013, permet de parcourir les 30 km séparant le centre de la capitale de la ville nouvelle en vingt minutes, contre quatre-vingt-dix auparavant. C’est la première autoroute de ce type en Afrique de l’Ouest, et la première infrastructure routière réalisée dans le cadre d’un partenariat public-privé au sud du Sahara. Le tronçon de 16,5 km reliant Diamniadio à l’aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) de Diass, réalisé par Eiffage-Sénégal, est presque terminé, et China International Water and Electric Corp. (CWE) prend le relais pour prolonger l’autoroute de 55 km, de l’AIBD à Thiès via la cité balnéaire de Mbour.

Un projet qui répond à la volonté des pouvoirs publics de rééquilibrer les activités de la capitale vers Diamniadio, Thiès et Mbour. Côté ferroviaire, les choses avancent aussi. Piloté par l’Agence de promotion des investissements et grands travaux (Apix), le chantier du train express régional (TER) électrique, première liaison ferroviaire rapide du pays, doit commencer dans le courant du second semestre, pour une mise en circulation en 2019. Depuis la gare centrale de Dakar, il desservira 14 stations jusqu’à l’AIBD. Un trajet de 57 km, qu’il effectuera en quarante-cinq minutes, pour un trafic passagers estimé à 115 000 voyageurs par jour.

Source: jeuneafrique.

Extrait vidéo:

Suivez-nous sur les réseaux sociaux.
0